Susanne Lewest

Son parcours :

1988 : diplômée en fashion design « Lette Verein Schule », Berlin

1989 : s’en va vivre de son art à Paris, stagiaire chez Popi Moreni

1990 : s’illustre chez le célèbre modiste Jean Barthet

1992 : œuvre chez Olivier Chanan, modiste dans le Marais

1994 : s’installe à Nice, lance sa marque de chapeaux

1997 : à Lyon, continue ses créations, développe sa marque, son logo, sa place sur le marché des créateurs des quais de Saône

2002 : s’installe en Irlande  et fournit deux boutiques de Dublin avec des clientes régulières

2004 : en Asie à Singapour, beaucoup de chapeaux créés sur mesure pour des mariages, baptêmes et autres occasions spéciales,

elle ajoute des bijoux à ses collections

2009 : Susanne et sa famille retournent en France (Pays de Gex)

En décembre 2009 elle participe à l’exposition ‘Envisage’ d’Alain Gegout, où elle a présenté un mobile de “têtes” brodées
aux visages énigmatiques 2010 : participe à l’exposition ‘Art en Campagne, avec son oeuvre brodé sur le sol ‘Terre Habillée’

 

Commence la création d’un jardin dont vous pouvez suivre l’évolution sur ce lien:

« Terre Habillee »

2011 : continue son jardin et participe aux 9ème rencontres internationales (concours et exposition) du chapeau à Chazelle s/Lyon

www.susannelewest.com email: s.lewest@wanadoo.fr

son projet ART EN CAMPAGNE 2011, sur le thème:

« Leurres et Lueurs »

Au début je ne comprenais pas très bien le sens. C’est Meike qui me l’a traduit en allemand :  Scheinen und Erscheinen.
“Ah, c’est comme les papillons !”
Je suis donc restée avec ma première idée : les yeux du papillon :

Un regard furtif, qui se pose de fleur en fleur, qui survole les brins d’herbe… Les ailes sont des yeux qui clignent,
éblouis par le soleil, éblouissant les passants…
Ces yeux vous regardent, vous montrent le chemin, ou vous mène dans la mauvaise direction
Ils perdent les gens.
Et même lorsque l’on se croit seul, caché, complice du silence des bois, le regard du papillon ne nous quitte pas
Big brother is watching you.
Épiés par le murmure de la forêt, nous parcourons les sentiers, à l’aveuglette
Je me regarde , je me cherche, je ne me trouve pas

Et quand on se croit perdu, on croise ses yeux étonnés, son chemin à lui est tout tracé, c’est celui de nos pas.
Der Weg ist das Ziel.
Un clin d’œil, un instant. Un regard, un passant.
C’est tout de même merveilleux que la nature ait fabriqué des yeux trompeurs
Laissez-moi vous guider, je vais vous montrer le chemin

texte de Noemie Lewest

photos des oeuvres exposées