Christopho Carmellino

Né en 1965 à Lyon,

Christophe Carmellino étudie aux beaux arts de Bourges entre 1985 et 1990.

II effectue ensuite   un master en Allemagne à l’académie de Düsseldorf
où il fut en parallèle de ses études assistant de ses professeurs (Tony CRAGG, Klaus RINRE).

Il prolonge son apprentissage de deux ans en Pologne à Cracovie afin de découvrir au sein d’une entreprise de moulage d’art
d’autres   techniques artistiques, (, moulage élastomères résine polyester).

Installé depuis 1995 en Rhône- Alpes il affine ses recherches personnels, son réseaux de contactes s’élargie à l’étranger.
Il Expose en Hongrie en Hollande, Allemagne, Pays Bas.
2001 : une exposition rétrospective à la Galerie Des Sept Collines de Vienne met en lumière tout une parti de ses travaux de gravures et de sculpture sur bois.

2002: une résidence d’artiste de plusieurs semaines au pays de Gall conforte Christophe Carmellino dans l’importance d’encrer son travail
dans un environnement   culturel et social afin de cultiver l’influence du détail et extraire la force des origines.

La réalisation en 2004 pour la ville d’Evian d’une sculpture monumental en marbre de carrare oriente un temps ses choix artistiques
vers le secteur de la commande publique, il participe à des concours de sculpture internationaux, il création pour l’urbanisme
et commandes publiques, de rond point pour des communes de l’Isère 2005 Crémieu 2008 Diemoz…

C’est aujourd’hui avec un travail sculptural plus intimiste de bois polychrome, de dessins et d’estampes
que Christophe Carmellino poursuit ses recherches .Il étudie l’imprégnation et la sublimation des formes, des traces, des empreintes,
des graphismes du paysage dans l’œuvre d’art.

Ses sculptures abstraites, presque des architectures, où les   de couleur courent à la surface de constructions anguleuses,
révèlent le dialogue perpétuel qui existe pour lui entre les formes et leur valeurs symboliques, entre le réel et l’onirique.

son projet ART EN CAMPAGNE 2011, sur le thème:« Leurres et Lueurs »

Babel un bon tour joué à l’humanité. (Lueurs  et leurres)
Une tour dorée luit dans le paysage, mirage des temps modernes tout ce qui brille n’est pas or.
La tour de tôle ondulée avec en son centre une porte en miroir déformant  piège le promeneur face à son  désir de
richesse cumulable toujours plus gras toujours plus haut.